Marie Arbus 2010 - 2014



recherche, trainings, ateliers, et micro solos / Marie Papon

Marie Arbus est un projet de recherche sur l'origine de la danse.
À travers la constitution d'une "boîte à outils" (de pratiques, de gestes et de matières) qui me serait propre, je tente d'assembler comme un puzzle les éléments susceptibles de faire danser le plus grand nombre.
Questionner le geste en y creusant des brèches, des perturbations ou décalages pour mieux le donner à sentir.

Un bal populaire, et une danse de mille visages.



Juillet 2010 / la Seyne-sur-Mer :

Je viens là,
je viens tester ma force centrifuge et les lois de l'attraction.
Il y a ce qui aspire le spectateur, ce qui au contraire le repousse.
Au plateau nous sommes des fauves.
Nous aiguisons nos mondes et nos potentiels, nous les faisons croître crescendo,
pour ne finalement bouger qu’une patte et faire frissonner toute la tribune.

Au début de la danse :
Le plateau devient un tissu
Un océan - partenaire.

Le chapiteau de cirque a la forme de l’oeil, la forme du cercle parfait, la forme des anges selon certains scientifiques.
Je cherche, je creuse dans ma sensation de danser. Dans la plus lointaine de ces sensations.

NB : J’ai dit fauve mais le bestiaire comprend aussi : cheval (assise), chien (diaphragme), dragon (queue).




Mai 2014 / Beirut :

Ça se passe sur un toit.
Bruits / Odeurs / Visions. Un monde en éventail.

Une danse de visage nommée "Galaxie" précède une danse d'objets nommée "Yata Yata al Zlovo ".
On y voit de grands et petits personnages, ainsi qu'un défilé d'élans portés par la plasticité du décor.

La lumière sous le menton et dans le dos.